"Porte à tes narines le parfum invariable de ces violettes changeantes et regarde, en respirant le filtre qui abolit les années, regarde comme moi ressusciter et grandir devant toi le printemps de ton enfance."                                                            
                                                                                                               
                    Colette.
               
    Le thème proustien de la mémoire involontaire est le fil de cette série sur les plantes dites sauvages qui ont été les jeux de mon enfance: le bouton d'or sous le menton pour savoir si l'on aime le beurre, les poupées en boutons de coquelicots, les fleurs de chicorée pour faire des couronnes de princesse, les fleurs de trèfle blanc au goût de sucre et le trèfle à quatre feuilles, promesse de bonheur...

    La série est travaillée à l'aquarelle sur papier mouillé, toute douce comme mes souvenirs.

    Lors du vernissage à la Chapelle de la Roche-Bernard, Maria la Potiane a lu des extraits de "les vrilles de la vigne" de Colette.